Commission de Venise - Observatoire des situations d'urgence

www.venice.coe.int

Avis de non-responsabilité: ces informations ont été recueillies par le Secrétariat de la Commission de Venise sur la base des contributions des membres de la Commission de Venise, et complétées par des informations disponibles à partir de diverses sources ouvertes (articles académiques, blogs juridiques, sites Web d'information officiels, etc.) .

Tous les efforts ont été faits pour fournir des informations exactes et à jour. Pour plus de détails, veuillez visiter notre page sur le COVID-19 et les mesures d'urgence prises par les États membres: https://www.venice.coe.int/WebForms/pages/?p=02_EmergencyPowersObservatory&lang=FR


  Norvège

1.     La constitution de votre pays comporte-t-elle des dispositions spécifiques applicables aux situations d'urgence (guerre et/ou autre urgence publique menaçant la vie de la nation)?

La Constitution ne contient aucune disposition générale sur les situations d'urgence ou de dérogation. Cependant, il existe une clause spécifique concernant le parlement en cas de guerre et de maladies infectieuses, permettant au parlement de se déplacer vers une ville sûre. Article 68 de la Constitution norvégienne : "Le Storting se réunit en règle générale le premier jour de semaine d'octobre de chaque année dans la capitale du royaume, à moins que le roi, en raison de circonstances extraordinaires, telles qu'une invasion hostile ou une maladie infectieuse, ne désigne une autre ville du royaume à cette fin. Une telle décision doit être annoncée publiquement et en temps utile".

Cela étant dit, il existe une règle non écrite mais établie de longue date selon laquelle des dérogations peuvent être faites en vertu d'une règle non écrite de nécessité constitutionnelle. Le premier et dernier exemple de l'application de cette règle est le transfert du pouvoir du Parlement au gouvernement en exil face à l'occupation allemande en 1940. Pour déclencher des dérogations en vertu de la règle non écrite de la nécessité constitutionnelle, il doit y avoir une urgence grave qui nécessite une dérogation, donc un critère de nécessité. En outre, toutes les dérogations doivent être proportionnelles à l'objectif poursuivi, ce qui constitue une exigence de proportionnalité. La portée et les limites exactes de cette règle non écrite ne sont pas claires.

2.     Existe-t-il dans votre pays des lois organiques/constitutionnelles ou ordinaires régissant l'état d'urgence ?

Non, en l'absence d'un ancrage constitutionnel du régime spécial d'urgence, aucune loi organique le réglementant n'existe. Cela étant dit, il existe une législation spéciale sur les urgences «ordinaires» - voir Q3.

3. Existe-t-il dans votre pays des lois organiques/constitutionnelles ou ordinaires sur les risques sanitaires ou autres situations d'urgence?

La loi norvégienne contient à la fois des lois spécifiques sur les urgences publiques, y compris la guerre, les crises sanitaires et les maladies infectieuses, ainsi que des dispositions d'urgence dans d'autres lois.

a. Maladies infectieuses, régulation des mouvements, isolement et autres mesures : loi de 1994 relative à la lutte contre les maladies transmissibles (smittevernloven)
b. Urgences sanitaires, réglementation du personnel de santé, fournitures et ressources médicales, etc. : Loi de 2000 sur la préparation sanitaire et sociale (helseberedskapsloven)
c. Urgences affectant la chaîne d'approvisionnement des biens et services : loi de 2011 sur la préparation des entreprises et de l'industrie (næringsberedskapsloven)
d. Guerre : loi de 1950 relative aux mesures spéciales en temps de guerre, menace de guerre et circonstances similaires
e. Guerre, menaces à la nation et urgences en temps de paix, permettant le service public obligatoire et la réquisition des biens : loi de 2010 sur la préparation des municipalités, les mesures de protection civile et la protection civile
f. Exemples de dispositions d'urgence dans d'autres lois générales :
i. Article 16 de la loi de 2000 sur la radioprotection et l'utilisation des rayonnements
ii. Articles 9-1 à 9-7 de la loi de 2009 sur l'énergie

4. L'état d'urgence a-t-il été déclaré dans votre pays en raison de la pandémie Covid-19 ? Par quelle autorité et pour combien de temps?

Non, le concept d '« état d'urgence » n'existe pas dans le droit constitutionnel norvégien (mais voir Q1 pour la règle de nécessité non écrite). Ces questions sont régies par la législation ordinaire. Cette législation confère cependant des pouvoirs étendus au gouvernement - par exemple, en vertu de la loi de 1994 relative à la lutte contre les maladies transmissibles, le gouvernement est autorisé à adopter des mesures législatives complétant la loi.

5. La déclaration pouvait-elle être, et a-t-elle été soumise à l'approbation du Parlement (si elle a été prise par l'exécutif)?

Non applicable, car le concept d '« état d'urgence » n'existe pas dans le droit constitutionnel norvégien (mais voir Q1 pour la règle de nécessité non écrite). Ces questions sont régies par la législation ordinaire.

6. La déclaration pouvait-elle être, et a-t-elle été soumise à un contrôle judiciaire ? A-t-elle été jugée justiciable?

Le concept d’ « état d'urgence » n'existe pas dans le droit constitutionnel norvégien (mais voir Q1 pour la règle de nécessité non écrite). Ces questions sont régies par la législation ordinaire - il n'y a donc pas eu de déclaration à soumettre à un contrôle judiciaire.

7. Des dérogations aux droits de l'homme sont-elles possibles dans des situations d'urgence en vertu du droit national? Quelles sont les circonstances et les critères requis pour déclencher une exception? Une dérogation a-t-elle été faite en vertu de l'article 15 de la CEDH ou de tout autre instrument international? Le droit national interdit-il la dérogation à certains droits, même en situation d’urgence? Existe-t-il une exigence explicite selon laquelle les dérogations doivent être proportionnées, c'est-à-dire strictement limitées, quant à leur durée, leurs circonstances et leur portée, aux exigences de la situation?

La Constitution norvégienne ne contient aucune clause de dérogation. Il y a quelques années, le parlement norvégien a rejeté une proposition d'amendement constitutionnel qui aurait introduit une clause de dérogation générale.

a. Cependant, il est établi depuis longtemps que des dérogations peuvent être accordées selon une règle non-écrite de nécessité constitutionnelle. Le premier et dernier exemple de l'application de cette règle est le transfert du pouvoir du parlement au gouvernement en exil face à l'occupation allemande en 1940. Pour déclencher des dérogations selon la règle non-écrite de nécessité constitutionnelle, il doit y avoir une urgence grave qui nécessite une dérogation, à savoir une condition de nécessité. En outre, toutes les dérogations doivent être proportionnelles au but poursuivi, soit une exigence de proportionnalité. La portée et les limites exactes de cette règle non-écrite ne sont pas claires.

b. La législation nationale n'interdit pas formellement la dérogation à certains droits dans les situations d'urgence, mais de telles interdictions, par exemple le droit à la vie et l'interdiction de la torture, découleraient vraisemblablement de l'exigence de proportionnalité énoncée dans la règle de dérogation non écrite mentionnée ci-dessus.

c. La Norvège n'a pas déclenché de dérogation à la CEDH conformément à l'article 15.

8. Quels droits de l'homme ont été limités/dérogés dans votre pays, dans le contexte de la pandémie Covid-19?

La constitution norvégienne ne prévoit pas de dérogation formelle, mais des restrictions aux droits de l'homme ont été imposées à la suite des mesures d'endiguement prises par le gouvernement :
a. Liberté de circulation : mise en quarantaine et isolement obligatoires pour les personnes infectées, éventuellement infectées ou revenant de l'étranger ou de zones à taux d'infection élevé, passibles de sanctions pénales.
b. Protection de la propriété : restrictions sur les services et les industries, par exemple les bars.

9. Si l'état d'urgence n'a pas été déclaré, l'exécutif a-t-il bénéficié de pouvoirs supplémentaires en vertu de la législation ordinaire sur les risques sanitaires ou d'une autre urgence publique? A-t-il décidé d'imposer des restrictions exceptionnelles aux droits de l'homme sur la base de ces lois?

Des mesures d'urgence en Norvège ont été prises conformément à la législation générale d'urgence préexistante et à la législation spéciale Covid-19, adoptée pour faire face à la crise.

Conformément à la loi de 1994 relative à la lutte contre les maladies transmissibles, le gouvernement est autorisé à déroger aux exigences de la loi et à adopter des mesures législatives complétant la loi.

De même, le gouvernement dispose également de pouvoirs législatifs limités en vertu de la loi de 2000 sur la santé et la préparation sociale. Le gouvernement a adopté un certain nombre de mesures restrictives de confinement des infections conformément à ces deux lois.

Plus controversé en Norvège, menant à un débat public intense, le parlement a également adopté la soi-disant loi Corona, déléguant des pouvoirs législatifs plus généraux au gouvernement, et qui permet des dérogations et des amendements à 62 lois énumérées dans la loi Corona. La raison d'être de la loi Corona était d'apporter des modifications à la législation générale existante en raison de l'impact sociétal des mesures de confinement, c’est-à-dire des modifications de la législation fiscale, mesures de relance économique, aide à l'emploi, dérogations aux délais et respect des obligations des tribunaux, des associations, etc. Tous les pouvoirs législatifs délégués au gouvernement sont soumis à la protection constitutionnelle des droits de l'homme ainsi qu'à la CEDH. La loi Corona exige spécifiquement que toute législation déléguée soit conforme aux droits de l'homme garantis par la loi norvégienne. Il permet également à une minorité de 1/3 des parlementaires de mettre leur veto à tout acte législatif adopté par le gouvernement conformément à la loi Corona. De plus, la loi Corona limite les pouvoirs législatifs du gouvernement aux situations dans lesquelles le parlement n’est pas en mesure d’adopter la législation requise dans les délais prescrits. La durée de la loi et de tous les actes adoptés par le gouvernement conformément à la loi Corona était également limitée à un mois. La loi Corona a finalement été abrogée le 27 mai. Toutes les lois adoptées par le gouvernement conformément à la loi Corona doivent être adoptées en tant que loi par le Parlement dans un délai d'un mois après la date d'expiration de la loi Corona, ou elles seront abolies.

10. Est-ce que la possibilité pour l’exécutif de déroger à la répartition normale des pouvoirs en situation d’urgence est limitée quant à sa durée, ses circonstances et sa portée?

Oui, le gouvernement peut prendre le pouvoir selon la règle non-écrite de nécessité constitutionnelle, voir Q1 et Q7. Cependant, cette règle n'a pas été appliquée depuis 1940, et le seuil est très élevé.

Sinon, le gouvernement a un mandat limité dans le cadre d'une législation déléguée (comme la loi de 1994 sur les maladies transmissibles, par exemple - voir Q9).

11. Les sessions du Parlement ont-elles été suspendues pendant l’épidémie Covid-19? Si oui, pour combien de temps? Des règles spécifiques sur le fonctionnement du Parlement pendant l'urgence ont-elles été adoptées? Par le parlement ou par l'exécutif?

Il n'y a pas eu de suspension, mais des mesures sanitaires ont été prises, ce qui a nécessité des changements dans les méthodes de travail et les procédures de vote

12. Les sessions judiciaires de la Cour constitutionnelle ou d'une juridiction équivalente et/ou d'autres tribunaux ont-elles été suspendues pendant l’épidémie Covid-19? Si oui, pour combien de temps ? Des règles spécifiques sur leur fonctionnement pendant l'état d'urgence ont-elles été adoptées ? Par le parlement ou par l'exécutif ?

Les sessions des tribunaux ont été en partie suspendues par les présidents des tribunaux inférieurs. En outre, il y a eu un ralentissement général de la procédure en raison de l'application de nouvelles mesures sanitaires. Des mesures générales ont été adoptées par le gouvernement selon les pouvoirs délégués dans la loi Corona. Pourtant, toutes les mesures ont été approuvées par le parlement et ont fait l'objet de brèves auditions par les parties concernées.

13. La législation sur l'état d'urgence ou sur la situation d'urgence a-t-elle été modifiée ou adoptée pour faire face à la pandémie de Covid-19?

Les sessions des tribunaux ont été en partie suspendues par les présidents des tribunaux inférieurs. En outre, il y a eu un ralentissement général de la procédure en raison de l'application de nouvelles mesures sanitaires. Des mesures générales ont été adoptées par le gouvernement selon les pouvoirs délégués dans la loi Corona. Pourtant, toutes les mesures ont été approuvées par le parlement et ont fait l'objet de brèves auditions par les parties concernées.

13. Le parlement a également adopté la loi dite Corona, déléguant des pouvoirs législatifs plus généraux au gouvernement (pouvoirs élargis prévus par la législation pertinente sur les risques pour la santé), qui permet des dérogations et des modifications à 62 lois énumérées dans la loi Corona, par voie de législation déléguée. La loi Corona exige spécifiquement que toute législation déléguée soit conforme aux droits de l'homme garantis par la loi norvégienne. La loi Corona a finalement été abrogée le 27 mai. Toutes les lois adoptées par le gouvernement conformément à la loi Corona doivent être adoptées en tant que loi par le Parlement dans un délai d'un mois après la date d'expiration de la loi Corona, ou elles seront abolies.

14. Cette législation supplémentaire a-t-elle fait l'objet d'un contrôle judiciaire?

Tous les actes législatifs et administratifs norvégiens sont soumis à un contrôle judiciaire. La loi Corona stipule expressément que toutes les mesures prises par le gouvernement conformément à la loi sont sujettes à un contrôle judiciaire.

15. L'état d'urgence a-t-il été prolongé ? Pour combien de temps ? La prolongation a-t-elle été soumise à un contrôle parlementaire ? A-t-elle été soumise à un contrôle judiciaire?

Aucun état d'urgence n'a été déclaré (puisque ce mécanisme n'est pas prévu dans la Constitution), mais la durée de la loi Corona (voir Q13) a été prolongée d'un mois supplémentaire

16. Quels sont les recours juridiques disponibles contre les mesures générales et/ou individuelles prises dans le cadre de l'état d'urgence? Quels sont les recours juridiques contre les mesures prises en application de la législation ordinaire sur les crises sanitaires ? Une modification des recours juridiques disponibles a-t-elle été décidée en raison de l'état d'urgence ou provoquée par celui-ci? Des mesures d'urgence ont-elles été invalidées et pour quelles raisons (compétence, procédure, manque de proportionnalité, etc.).

Aucun état d'urgence n'est prévu par la Constitution. Le contrôle judiciaire des actes législatifs et administratifs n'est pas limité par les lois et dispositions d'exception mentionnées à la Q3, et la loi Corona stipule spécifiquement que toutes les mesures prises par le gouvernement conformément à la loi sont sujettes à un contrôle judiciaire.

17. Si des élections parlementaires et/ou, le cas échéant, présidentielles étaient prévues pendant l'urgence de Covid-19 : ont-elles eu lieu? Des dispositions particulières ont-elles été prises et, si oui, lesquelles ? A-t-il été nécessaire de modifier la législation électorale? Quel a été le taux de participation? Comment a-t-elle été comparée à celle des élections précédentes? Si elles ont été reportées, quelle était la base constitutionnelle ou légale pour le faire? Qui a pris la décision? Pour combien de temps ont-elles été reportées? Cette décision a-t-elle été soumise à un contrôle parlementaire ou judiciaire ?

Aucune élection n'a eu lieu. S'il y avait eu des élections parlementaires, il n'y a aucune base légale pour les suspendre ou les prolonger. Ceci est possible pour les élections locales. Le 27 mai, une commission d'experts nommée par le gouvernement a proposé un nouveau projet de loi électorale, qui comprend une clause générale d'urgence pour les élections, permettant au parlement, et dans des cas exceptionnels au gouvernement, de prolonger ou de suspendre les élections.

18. Mêmes questions que sous 17, mutatis mutandis, en ce qui concerne les élections locales et les référendums.

Aucune élection locale ni référendum n'a eu lieu