CoE logo
Venice Logo

Université pour la démocratie pour le sud de la méditerrannée

 

UniDem Med

 

Objectifs du projet UniDem Med

 

    Contribuer à une administration toujours plus efficace et à une bonne gouvernance dans le respect des droits de l’homme, dans l’application effective du droit et la consolidation des institutions ;

 

    Réunir des hauts fonctionnaires du sud de la méditerranée afin d’échanger des expériences et renforcer les liens entre les administrations publiques de la région ;

 

    Rassembler, partager et confronter les expériences et les bonnes pratiques démocratiques des deux rives de la Méditerranée dans une perspective d’enrichissement mutuel sur des questions d’intérêt commun.

 

La qualité et l’efficacité de l’administration et des services publics sont essentielles pour assurer une stabilité démocratique. Cela présuppose que les citoyens et les usagers des services publics aient confiance dans les structures de l’État, et en particulier dans l’administration publique qui devrait opérer selon des règles et des procédures clairement énoncées tout en respectant le principe de la primauté du droit. D’autre part, les fonctionnaires publics devraient bénéficier d’un statut juridique et de conditions de travail adéquates, être conscients non seulement de leurs droits, mais aussi de leurs devoirs et de leurs responsabilités envers les usagers.

 

UniDem Med (Université pour la démocratie pour le sud de la Méditerranée) est un projet régional dont le but est de soutenir la réforme de l'administration publique dans le sud de la Méditerranée, fondée sur le respect des principes fondamentaux de l'état de droit et de la démocratie. Le projet réunit des experts et des hauts fonctionnaires d'Europe et du sud de la Méditerranée (Algérie, Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine* et Tunisie) pour mettre en commun leurs expériences et nouer des liens plus étroits entre les autorités de la région et au-delà.

 

Depuis le lancement du projet en 2015, près de 1100 hauts fonctionnaires du sud de la Méditerranée ont participé aux séminaires UniDem Med et forment aujourd’hui un réseau de praticiens dans le domaine de la réforme de l’administration publique.

 

 

Initié par la Commission de Venise en étroite coopération avec le ministère de la Réforme de la fonction publique et de la modernisation de l'administration du Royaume du Maroc, UniDem Med contribue à développer une administration toujours plus efficace et à renforcer la bonne gouvernance dans le sud de la Méditerranée. Un mémorandum d'accord a été signé entre la Commission de Venise et le Maroc en octobre 2017 pour poursuivre et pérenniser le projet.

 

Le projet UniDem Med est soutenu par les phases successives du Programme Sud qui vise à soutenir les réformes démocratiques dans la région du Sud de la Méditerranée (Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine* et Tunisie). La phase actuelle du programme « Soutien régional au renforcement des droits de l’homme, de l’État de droit et de la démocratie dans le sud de la Méditerranée » (Programme Sud IV) est cofinancée par l’Union européenne et le Conseil de l’Europe et mis en œuvre par ce dernier. Certains États membres du Conseil de l'Europe ont également contribué à l'organisation des séminaires dans le cadre de contributions volontaires.

 

Liens utiles:

 

Mme Nadia Bernoussi, Membre de la Commission de Venise au titre du Maroc, et Rapporteure générale du 14ème séminaire UniDem Med
 

«J'ignore comment définir la qualité, mais je le sais lorsqu'elle fait défaut»1
 

Depuis une décennie, le Séminaire régional pour les hauts cadres de l’administration UniDem Med est devenu un rendez-vous incontournable, reconnu par tous ceux qui s’intéressent à la gestion de la gouvernance publique, à la qualité du service public et à une administration performante et proche des citoyens. La thématique choisie cette année a porté sur la « Bonne gouvernance et qualité de l’administration publique » et a fait l’objet de présentations nationales animées par des intervenants de marque, alliant l’expertise du terrain et celle du monde académique. Il importe de rappeler que les questions traitées relatives à l’éthique, à la déontologie, à l’accès à l’information et à la qualité placent d’emblée le citoyen au centre des préoccupations de l’Etat et des politiques de modernisation de l’administration.
 

Au chapitre des recommandations pertinentes, il convient de mentionner la recherche d’un management basé sur la confiance et la compétence collective, l’égalité professionnelle entre les sexes, la généralisation des codes de conduite et d’éthique dans la fonction publique, l’encouragement  à ratifier la Convention de Tromso et l’incitation à créer des chartes de qualité générales ou sectorielles. Ces conclusions ont été le fruit de la qualité des échanges et de l’entrecroisement d’expériences et bonnes pratiques des deux rives de la méditerranée avec comme objectif ultime de mettre en exergue les points de rencontre pour poser ensemble, les jalons d’une gestion de qualité, renouvelée et adaptée aux exigences du XXI, avec ses défis ses enjeux et ses nombreuses opportunités.

[1] Peter Cusins (1994) in Paula Marc – Bitumar Inc “Qualité – les différents concepts de la qualité “

 

 

Une méthode de travail participative

Le projet UniDem Med est piloté par les coordinateurs désignés par chaque partenaire. Tous les ans, une réunion de coordination décide du programme annuel et des thèmes des séminaires UniDem Med. Lors de ces séminaires, des experts des deux rives de la Méditerranée viennent présenter les avancées et les meilleures pratiques au niveau national et international sur la thématique proposée. Une attention particulière est accordée à l’expertise et à l’expérience du partenaire qui accueille et coorganise le séminaire. En parallèle, chaque coordinateur invite des collègues hauts fonctionnaires concernés par le sujet et identifie les experts qui présenteront leur situation spécifique par rapport au thème du séminaire. Une partie importante du séminaire est ensuite consacrée à la discussion et à l’échange d’expériences concrètes entre pairs. En 2022, les coordinateurs ont décidé de dédier une partie de chaque séminaire au suivi et aux avancées des réformes engagées dans leur pays respectif sur les thématiques des séminaires précédents. La réunion annuelle de coordination permet également de faire le point sur l’impact du projet et de discuter des questions relatives à la visibilité et à la durabilité du projet.

 

Les coordinateurs UniDem Med

 

Algérie

M. Moncef BEDARIA
Sous-Directeur de la coopération et des relations extérieures, Direction générale de la Fonction publique et de la réforme de l’administration

 

 

Egypte

Mme Ghada LABIB
Ministre déléguée chargée du développement institutionnel, Ministère des Communications et des technologies de l'information
https://www.mcit.gov.eg/

 

Jordanie

Mme Siham AL KAWALDEH
Directrice Générale
Institut de l’Administration publique
https://ipa.gov.jo/en

 

Liban

Mme Nisrine MACHMOUCHI
Présidente, Conseil de la fonction publique libanaise

 

 

Maroc 

M. Samir BOUGGAR
Chef de la Division de la Coopération
Ministère de la transition numérique et de la réforme de l’Administration
https://www.mmsp.gov.ma/fr/index.aspx

 

Palestine* 

Mme Nisreen ZGHAIAR
Responsable de l'Unité des relations publiques et internationales et des médias,
Conseil Général du personnel

 

Tunisia

M. Sami BEN ROMDHANE
Directeur général de l’Administration et de la Fonction Publique, Présidence du gouvernement
http://www.pm.gov.tn/

 

 

 

La Commission de Venice 

  • Mme Caroline MARTIN, Cheffe de l’unité de la coopération avec les pays du Sud Méditerranée
  • Mme Frédérique PRIVAT DE FORTUNIE, Chargée de projet
  • Mme Haifa ADDAD, Assistante de projet

 

 

Autres liens utiles

_______________________________________________________________________________________

* Cette dénomination ne saurait être interprétée comme une reconnaissance d’un État de Palestine et est sans préjudice de la position de chaque État membre du Conseil de l’Europe et de l'Union européenne sur cette question.

 
© Conseil de l'Europe 2007-2022